Lettre aux Maires

Télécharger un flyer (3 pages couleur) d’adresse  à votre maire, au format PDF

Télécharger la lettre ci dessous en format PDF

 


Madame ou Monsieur le Maire,

Cette année, le premier Ministre Edouard Philippe a envoyé plusieurs signaux à propos d’une angoisse qui l’habite : « Si nous ne prenons pas les bonnes décisions, c’est notre effondrement à nous, société moderne, à nous humanité, qui est en jeu ».

Le Président Macron, et Nicolas Hulot ne sont pas en reste comme vous pourrez vous en rendre compte dans cette courte vidéo :
https://youtu.be/lkDEnyIgGR0?list=PL6g6uC6ZfFJkfO1NACqSUUMRg_0AEB3rW

L’effondrement dont ils parlent est une situation dans laquelle les besoins de base (eau, alimentation, logement, habillement, énergie, santé mobilité, sécurité) ne sont plus fournis à une majorité de la population par des services encadrés par la loi, pendant une période plus ou moins longue.

A SOS Maires nous pensons que nous ne pourrons pas sauver la Planète, mais nous sommes certains, que VOUS les Maires des communes rurales pouvez en limiter les conséquences. Ceci, avec l’aide de vos administrés qui vous suivront dans vos projets de résilience et d’autonomie de votre commune.

Le rôle des maires est le plus important qui soit en cas de désordre généralisé. A court et moyen terme, la seule échelle géographique, administrative et humaine efficace pour anticiper les crises qui se profilent, est, en effet, celle des communes rurales.
Nous avons organisé récemment une conférence numérique avec un maire qui contribue à ouvrir cette voie de la résilience française.
Pour écouter le Maire de Kingersheim Jo Spiegel: https://youtu.be/C0sTMMp-0_8

Citoyens lanceurs d’alerte, biens informés des divers effondrements en cours, nous nous tournons donc vers vous et vers de nombreux autres maires, ainsi que vers la société civile qui peut vous soutenir, pour vous inciter à prendre dès aujourd’hui les mesures à même de protéger vos administrés et votre administration communale.

Si nous nous permettons cet appel c’est aussi parce que, regardés en face à la juste échelle des communes, les dangers qui nous menacent sont de puissants leviers de créativité à même de donner aux maires un rôle premier, tout à la fois préventif, pionnier et inspirant pour les autres. Voyez Alexandre Boisson interviewé par François-Henry de Beaulieu https://youtu.be/pRSKPRltL9g

Afin d’aider vos équipes communales à anticiper nous avons lancé le site «sosmaires.org» dont les objectifs sont :
1) diffuser une information de qualité (universitaire, pratique, d’expérience) sur les effondrements en cours ou prévisibles ;
2) faciliter le partage des ingéniosités locales ;
3) fédérer la société civile, les entreprises et les acteurs financiers autour des initiatives préventives des Maires (une de vos attributions) ; un fervent défenseur des TPE -PME parle de la résilience dans cette vidéo https://youtu.be/3zlVWq_OA4

N’hésitez pas à consulter notre site SosMaires.org et y partager vos expériences, inspirer ou solliciter les autres, susciter des synergies et amplifier la prise de conscience collective.

L’équipe de S.O.S Maires, étant composée de simples citoyens, n’a ni secrétariat, ni numéro dédié. Mais si vous prenez contact via notre formulaire ci-dessous, ou directement à notre adresse mail (sosmaires@gmail.com ), c’est avec plaisir que l’un d’entre nous vous rappellera ou répondra.

Veuillez, Madame ou Monsieur le Maire, recevoir l’expression de notre considération la plus distinguée.

Pour SOS-MAIRES,
Alexandre Boisson et André-Jacques Holbecq
https://sosmaires.org/

Alors, bien sûr, il est possible que le Maire de votre commune ne donne aucune suite.

Vous avez dans ce cas la possibilité de créer en association (qui peut être simplement « de fait »)  les bases de réflexion locale et d’engagement de vos concitoyens, dans votre commune et demander que les éléments d’autonomie et de résilience soient ajoutés au DICRIM ( Dossier d’Information Communale sur les Risques Majeurs)

Le  DICRIM constitue le premier volet du Plan Communal de Sauvegarde (PCS) élaboré par le maire et qui regroupe l’ensemble des documents de compétence communale contribuant à l’information préventive et à la protection de la population.

1- Le DICRIM doit être rempli par vos mairies. C’est une obligation légale. Les administrés doivent être informés de quelles mesures sont prises en cas de crise majeure, ceci pour assurer la sécurité publique. Le Maire lui-même est Officier de Police Judiciaire à l’article 16 du Code de Procédure Pénale.

2- Sans mesure prévoyant de protection des administrés comme l’exige la loi, le procureur de la République après étude d’un dossier mettant en évidence que rien est prévu, peut estimer qu’il y a mise en danger de la vie d’autrui.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006417770&dateTexte=20090513

3- Votre mairie peut exiger de l’Etat le droit à l’expérimentation de la commune. Pour se conformer à la loi, ce droit pourrait permettre par exemple de mettre des terrains à disposition pour créer de la Résilience alimentaire locale.
https://www.lagazettedescommunes.com/424826/le-droit-a-lexperimentation-nest-pas-tres-experimente-par-les-collectivites/
Exemple la commune de Chamboucy met à disposition un terrain pour les permaculteurs, ce n’est pas assez pour nourrir tous les administrés mais c’est un bon début.
http://www.ecowise.fr/hubertreeves.html

4- Il faut dès lors bien faire comprendre aux équipes municipales que prévoir des réquisitions alimentaires (dans des DICRIM) dans des supérettes du coin ou des réfectoires et des cantines, ceci en période dégradée, ça ne vaut que lorsque le prix du carburant permet d’approvisionner ces endroits réquisitionnables. Sans quoi, on réquisitionnerait du quasi vide. Ça n’a aucun sens en terme de gestion de la sécurité publique d’une zone sinistrée.
https://www.legrandsoir.info/une-alimentation-accro-au-petrole.html

5- Le monde politique n’a pas vocation à ignorer les alertes des différents experts qui sont mandatés pour les conseiller, la géopolitique doit elle aussi être considérée dans les risques majeurs. Le choc pétrolier de 1973 nous a donné un exemple de la vulnérabilité de la société civile en cas de flambée des prix hors taxes.

Conclusions:

Préférez la manière douce avec votre équipe municipale. Dans la majeure partie des cas, les gens sont de bonnes volontés. Nous avons avec SosMaires.org fait des vidéos qui sont pour vous. Elles sont libres de droit. Prenez les, extrayez ce qui vous intéresse et démontrez à quel point des mairies s’efforcent de respecter la LOI, en construisant notre résilience sociétale. Si votre mairie n’est pas aussi exemplaire qu’elle s’ inspire des exemples de Kingersheim et Ungersheim et bien d’autres.. Faites découvrir ce qui vous semble intéressant en terme de solutions à vos équipes municipales. SosMaires n’a pas le monopole des solutions proposées. Il y en a bien d’autres à découvrir. Tellement d’associations de transitionneurs peuvent vous aider dans votre démarche de conviction.
https://transiscope.org

http://www.pavillon-orange.org/blog/pcsdicrim-pprn-pprt-principaux-indicateurs-a-fin-2013/


Argumentation sur la nécessité de l’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE
au niveau communal

Qu’est-ce que l’autosuffisance alimentaire par la « Ville nourricière » ?

C’est la capacité d’une population donnée de se nourrir sans importer de denrées venues de l’extérieur de ses frontières. Cette notion doit aussi prendre en compte le besoin en eau potable dont l’approvisionnement continu est impératif.

Ce que dit la loi :

En France, la loi ne dit presque rien hormis pour la Polynésie.

L’autosuffisance n’est plus prévue par les gouvernements depuis des décennies. Pourtant, lors de la 2e Guerre Mondiale, le peuple Français avait subi les affres de la faim.

Dans les faits :

« Rappelons qu’en France, l’autosuffisance alimentaire n’a été atteinte qu’au tout début des années 1980 : elle est le résultat d’un ensemble de systèmes de production mis en place à un moment où les gens ne mangeaient pas à leur faim. En 1950, l’Hexagone importait la moitié de ses denrées alimentaires ! Un réel exploit a donc été accompli par l’agriculture française et européenne en quelques décennies. » (Source : Nouvel Obs. article intitulé « Bio, scandales sanitaires, guerre des prix : l’agriculture française à la croisée des chemins »)

Mais notre taux d’autosuffisance alimentaire est tombé en 2009 à 83 % (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_d%27autosuffisance_alimentaire)
Aujourd’hui, du fait de la politique agricole, chaque région s’est spécialisée dans un type de production alimentaire. Cela a débouché sur des monocultures nécessitant impérativement de faire appel à des modes de transports pour desservir et nourrir la population.

Les villes, par le biais de la grande distribution, ne disposent que de 3 à 5 jours de stocks alimentaires, et encore, sous réserve que les réfrigérateurs fonctionnent.

Suite de ce livret explicatif en PDF