Energie électrique

Imaginez que l’alimentation électrique soit coupée, plusieurs semaines, et que les fournisseurs de carburants pétroliers ne puissent accéder à votre commune. 

De quelle production locale d’énergie électrique couvrant les besoins minimaux de l’administration communale, d’une chambre froide collective (médicaments, vaccins, semences, production locale excédentaire)  et d’une zone d’habitation des réfugiés urbains avez-vous besoin?

Pour bien faire prendre conscience des difficultés inhérentes à une coupure d’approvisionnement en carburant, il faut toujours se souvenir qu’il y a l’équivalent
de 20 heures de travail humain dans 1 litre d’essence.

 Nous pouvons suggérer:

  • groupe électrogène de secours + stock de carburant (cuve enterrée)
  • éolien, photovoltaïque, et stockage électrique  .  Des sociétés commerciales offrent les investissements pour des surfaces minimum en toiture ou au sol de 500 m2: il faut que les Maires puissent obtenir une clause contractuelle leur permettant de basculer la production dans leur stockage batterie et utiliser cette production en cas de coupure du réseau national.

Faudrait t-il en parallèle un « réseau local » de production photovoltaïque ou éolien (ou centrales « au fil de l’eau » pour les villages disposant d’une puissance hydraulique utilisable) entre habitants formant un « village intelligent »? Concernant cette proposition, le problème reste le coût d’investissement qui est d’environ 3000 € tout compris pour 1 kwh de photovoltaïque y compris le stockage batterie et le régulateur MTTP produisant du 220 v alternatif à partir du 12 ou 24 v continu.

Les hydroliennes semblent une voie intéressante pour les villages proches de cours d’eau.

L’utilisation de biomasse sèche:  le projet CEB  propose la production  simultanée d’électricité et de chaleur dans la fourchette de 10 kw à 100 kw électrique par pyrolyse (gazogène). Une installation de 70 kw est opérationnelle et une installation de 10 kw en cogénération chauffage de l’habitation voit ses premiers essais prévus pour avril 2018.

Aussi bien pour la mairie que pour les particulier, penser aux lampes à pétrole et à des stocks de piles et lampes de poches


Pour les communes de montagne disposant de dénivelés et de possibilités de captage, penser à l’installation de micro turbines  ou, comme à Nice, en bas de la chute d’eau du réseau d’eau potable



Sur le calcul des besoins électriques pour une installation photovoltaïque, voir l’excellent article de « MICES.FR »


Les Maires peuvent aussi envisager la création d’une ELD ( entreprise locale de distribution)


Photovoltaïque

L’autoconsommation solaire

Le 30 avril 2017, le décret d’application de la nouvelle loi relative à l’autoconsommation, a été officiellement publié. Cette loi permet de doter la France d’un cadre légal qui facilite le développement de l’autoconsommation. Elle reconnaît notamment l’autoconsommation collective et l’obligation pour les gestionnaires de réseau de faciliter les opérations d’autoconsommation.

Concrètement, 2 cas sont possibles :
– Revente totale de l’électricité produite : le client achète un générateur photovoltaïque et revend la totalité de sa production aux tarifs suivants :

  • pour une installation < ou égale à 3kWc = 18,48 cts€/ kWh
  • pour une installation entre 3 et 9 kWc = 15,71 cts€/ kWh
  • pour une installation entre 9 et 36 kWc = 12,07 cts€/ kWh
  • pour une installation entre 36 et 100 kWc = 11,36 cts€/ kWh

– Autoconsommation avec revente de surplus : le client achète un générateur photovoltaïque en autoconsommation, il consomme sa production et revend l’excédent à EDF OA si sa production est supérieure à sa consommation. Cet arrêté prévoit une prime à l’investissement et l’achat du surplus pour les générateurs en autoconsommation.
Cette prime est dégressive tous les trimestres en fonction des volumes de demandes de raccordement et elle est versée sur 5 années au producteur. Elle est fixée à :

  • 0.39 €/Wc pour une installation < ou égale à 3kWc
  • 0.29 €/Wc pour une installation entre 3 et 9 kWc
  • 0.19 €/Wc pour une installation entre 9 et 36 kWc
  • 0.09 €/Wc pour une installation entre 36 et 100 kWc

L’électricité qui ne sera pas consommée instantanément sera vendue à EDF obligation d’achat à hauteur de 10cts €/kWh pour les installations inférieures ou égales à 9kWc et 6cts€/kWh pour les installations jusqu’à 100kWc.

Par exemple :

  • Pour un générateur de 100 kWc « l’autoconsommateur » reçoit 1 800 €/an sur 5 ans, soit 9 000 € et il revend son surplus à 6 centimes d’euros /kWh.
  • Pour un générateur de 3 kWc « l’autoconsommateur » reçoit 234 €/ an sur 5 ans, soit 1 170 € et il revend son surplus à 10 centimes d’euros /kWh.
Source: EDF ENR

Notre conseil aux Maires

Si vous pouvez équiper des toitures de bâtiments communaux, négociez avec plusieurs installateurs quelque soit votre choix (revente totale ou autoconsommation + revente du surplus). Réservez vous le droit par contrat d’utiliser si nécessaire votre production photovoltaïque ou une partie pour charger un système de stockage (batteries) et,  via un régulateur MPPT produisant du 220 v alternatif à partir de 12 ou 24 v, alimenter un réseau d’éclairage de secours indépendant du réseau EDF.

Voici l’exemple de Marmagne (Cher) :
http://lenergeek.com/2017/11/21/marmagne-commune-cher-autoconsommation-electricite/


Page en cours de  développement