Qui sommes-nous ?

GROUPE DE CONSEIL EN RÉSILIENCE

Nous sommes tout simplement un groupe de citoyens engagés qui pensent  que les structures bancaires,  commerciales et économiques (nous parlons des différents réseaux)  peuvent s’effondrer d’une manière extrêmement rapide à la suite d’une crise financière ou événements géopolitiques extérieurs ou intérieurs ( qui ont pourtant été signalés par différents économistes de renom ), ayant pour effet d’isoler totalement les communes rurales pour un temps indéterminé.

De ce constat nous avons créé ce groupe dans le but :

  • de lancer cette alerte dans le public
  • d’engager les citoyens à aider les élus des communes rurales à passer un cap qui s’annonce difficile pour elles en tant que structure et pour leur population.
  • de diffuser les exemples de communes ayant mises en œuvre des solutions d’autonomie « de guerre » et de résilience à plus long terme.

Nous sommes conscients de la nécessité d’apporter sur ce site les solutions simples à mettre en œuvre dans chaque commune, équipement ou organisation,  permettant de passer le cap d’une éventuelle période difficile, voire d’un effondrement des structures économiques.


En apportant votre signature à notre pétition montrez votre intérêt à notre action.

« J’apporte mon soutien entier à SOS MAIRES dans sa volonté d’alerter les Maires des communes rurales sur la nécessité urgente d’autonomiser leurs communes. »


Voulez-vous nous rejoindre dans l’équipe stratégique
ou en tant que personnalité de soutien ?

1 – L’équipe « stratégique » organise la diffusion du message porté par le site SOSMAIRES.ORG auprès des Maires des Communes Rurales et des Citoyens.

Engagé dans d’autres actions, Alexandre Boisson, spécialiste en sécurité, a décidé de quitter l’équipe stratégique ce jour, mardi 17 novembre 2020.

Vincent Chaudemanche, spécialiste en sécurité.
André-Jacques Holbecq, économiste, Président de l’Association Humanum  – http://postjorion.wordpress.com/

Le 16 juillet 2019, nous ont rejoint dans cette équipe
Isabelle Poirette , Ingénieure, directrice du Conservatoire de variétés anciennes de Sainte-Marthe en Sologne.
Philippe Desbrosses, Docteur ès Sciences de l’Environnement, Fondateur des principaux mouvements d’agriculture biologique, en France et en Europe.

Le 1er août 2019, nous a rejoint dans cette équipe
– Tristan Buscato, consultant-formateur en management du changement et du stress, diplômé de Science Po Paris et en Psychologie appliquée

Le 26 janvier 2020, nous ont rejoint dans cette équipe
– Céline Basset , fondatrice de Blue Soil,  modèle de régénération des sols avec l’aquaponie : autonomie alimentaire, régénération des écosystèmes du sol et de l’eau.
– Marjolaine Gaudard,  rédactrice web et facilitatrice graphique. Animer un événement ou faciliter l’intelligence collective d’un groupe par la visualisation d’idées ou de concept. Site

Le 14 avril 2020, nous a rejoint dans cette équipe
Association Résiliere; mettre en place et accompagner la résilience collective dans les territoires à différentes échelles. (page facebook)

2 – Le Comité de soutien réunit les personnalités qui soutiennent publiquement notre action

Patrick Baronnet (La maison autonome, éco hameau du ruisseau)

 « Opérer une transition, là où les volontés se trouvent dans les villages et petites villes en transition (le mouvement est déjà lancé dans 47 pays) et considérer que l’abandon des campagnes par le pouvoir central est une chance pour développer des résiliences orientées vers des autonomies multiformes et transformer ce désert provoqué et subi en un repeuplement choisi et concerté, réconciliant villes et campagnes. »

Philippe Desbrosses (Wikipedia, Projet « Graines de vie »)

« Je partage les préoccupations responsables et les inquiétudes légitimes des fondateurs. Des esprits clairvoyants avaient déjà attiré notre attention sur les risques de collapse depuis un demi-siècle. (Club de Rome – Rapport Meadows…) Aujourd’hui la plupart des observateurs considèrent cette échéance, non seulement probable, mais inéluctable à court terme, compte-tenu de l’insouciance d’une majorité d’êtres humains à tous les niveaux des institutions et de la Société.
Ne restons pas passifs devant les signaux d’alarme qui clignotent tour autour de nous, mais organisons- nous lucidement et solidairement pour essayer de rendre moins douloureuse la situation qui se présente à notre Belle et Unique Planète. »

Frédéric Bosqué (cofondateur de Tera)

« Prendre une assurance incendie pour protéger sa maison du feu ne veut pas dire de vivre comme si elle allait brûler… mais ne pas prendre d’assurance incendie et vivre comme si elle ne pouvait jamais brûler est suicidaire…
Chaque maire de France est en devoir d’anticiper ces grands bouleversements qui peuvent se présenter dans les années à venir…
Comme Tera… SOSMAIRES tente de faire prendre conscience à chacun l’importance de la coopération entre tous les acteurs de notre territoire face aux enjeux financiers, écologiques et sociaux qu’ils nous faudra ensemble affronter pour continuer à habiter le présent.
Merci a vous pour cette initiative »

François  Morin (Économiste, professeur émérite de l’Université de Toulouse, ancien membre du Conseil général de la Banque de France et du Conseil d’analyse économique. Auteur de « l’Hydre Mondiale ») 

« Je soutiens cette initiative non seulement en raison de la perspective qui la justifie (un prochain effondrement financier), mais aussi de la valeur hautement symbolique et politique d’une action de terrain de transition écologique et sociale

Pablo Servigne (Ingénieur agronome et docteur en science, auteur/co-auteur de « L’entraide, l’autre loi de la jungle », « Petit traité de résilience locale », « Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes »)

« Le constat que fait la collapsologie repose sur des observations du réel. La situation globale est catastrophique et cela peut empirer localement de manière brutale et malheureusement imprévisible, dans les années à venir. Prendre conscience de cela, puis chercher à organiser les collectivités locales pour éviter les impacts trop délétères, chercher à construire une résilience commune, voire carrément changer de rapport à la vie et aux autres, voilà qui est crucial, urgent et qui redonne du sens à notre époque. SosMaires fait partie de ces associations qui font des propositions concrètes et cherchent activement des perspectives. »

– Julien Wosnitza (auteur de « Pourquoi tout va s’effondrer »)

« Préparer les populations à plus de résilience est aujourd’hui une notion de survie. Cet effort ne sera pas fait par les politiques nationales, car trop sclérosés dans des schémas capitalistes et non-réformables si ce n’est vers l’encore pire. L’échelon du local est aujourd’hui le plus pertinent pour entrevoir un brin d’espoir : trouver localement de quoi boire, s’alimenter, se chauffer, s’habiller, se cultiver… dans un monde où les ressources seront de plus en plus limitées. La bonne nouvelle, c’est que c’est possible. SOS Maires apporte des solutions directement à cet échelon local, directement applicables par les maires de vos villes et villages. Le Lobby citoyen afin de faire prendre conscience aux Maires de s’engager dans cette résilience à leur échelle est également indispensable. Chacun sa part du travail, que ce soit en transformation locale ou en lobby citoyen. »

– Olivier Gruié (Fondateur de « Mon Jardin En Permaculture« , co-fondateur d’Ecowise)

« La résilience (la capacité à absorber les chocs et de les transcender) se prépare aussi et nécessairement à l’échelon local, en particulier en ce qui concerne l’approvisionnement alimentaire. Il est important de développer l’autonomie alimentaire des communes pour pouvoir faire face à des ruptures logistiques qui peuvent aisément subvenir.
La permaculture est une méthodologie de conception d’installations humaines inspirée des écosystèmes naturels. Dans sa dimension agricole, elle permet de produire en abondance des fruits et légumes bio sans recours aux pesticides ou engrais chimiques, et sans mécanisation.
Des expériences comme celle menée par EcoWise avec la mairie de Chambourcy (78) ou d’autres mairies montre qu’il est faisable et peu coûteux de mettre en place ces systèmes alimentaires, en s’appuyant sur un triptyque « Mairie – bénévoles – accompagnants experts »

– Céline Basset , (fondatrice de Blue Soil,  modèle de régénération des sols avec l’aquaponie : autonomie alimentaire, régénération des écosystèmes du sol et de l’eau.)

« Dans l’effondrement, la paix sociale passera par l’assiette. Le constat d’une agriculture indexée sur le pétrole nous rend vulnérables face à nos réelles capacités d’alimentation locales. Les taux d’urbanisation explosent, les PLU bétonnent les dernières terres arables, l’eau disparait de nos sols et les 60 années de pratiques de l’agriculture traditionnelle ont malmené les écosystèmes du sol et de l’eau, leurs fertilités et leurs capacités de production naturelle.  Alors comment nourrir 67 millions de personnes quand on sait qu’il faut entre 5 à 10 ans pour régénérer ces sols ? Il y a nécessité d’instaurer un outil de transition agricole local pour prendre temporairement le relai de la production alimentaire tout en accompagnant à la fois la régénération de ces écosystèmes. L’Agriculture Régénérative s’installe localement sur une échelle de temps calibrée sur les processus de régénération du vivant tout en prenant en compte l’enjeu alimentaire des territoires. Pour cela elle doit envisager différentes méthodes intervenant à différents moments répartis sur un continuum temporel. Il est donc  urgent maintenant de déployer ces outils pour assurer notre sécurité alimentaire tout en renaturant notre planète »

Arthur Keller, (spécialiste des risques systémiques et des stratégies de résilience)

« Étant données la descente énergétique et matérielle qui s’apprête à contraindre les nations et les disruptions qui vont l’accompagner, l’avenir de tous et de tout se joue dès à présent : de la créativité des territoires en matière de réinvention économique, écologique, sociale, culturelle et éthique, et de la volonté des femmes et des hommes à coopérer, va dépendre notre capacité collective à concevoir et organiser des modes de vie résilients et dignes, et à éviter des effondrements écologiques et sociétaux. Dans cette révolution vitale de notre rapport au monde, le rôle des acteurs locaux, élus notamment, est crucial. Il est donc tout aussi crucial de susciter chez ces derniers des sursauts afin qu’ils sortent des dénis et s’engagent dans des dynamiques susceptibles de favoriser, demain, l’aménagement de conditions de vie viables et décentes pour tous. C’est précisément ce qu’entreprend SOS Maires, et en cela il s’agit d’une initiative plus que précieuse : indispensable. »

Vincent Mignerot (essayiste et chercheur indépendant sur les sujets de l’existence, de l’écologie et du risque d’effondrement)

« La prise de conscience ne suffit pas, il faut convertir le constat en politique de transition. Même si les échanges internationaux de ressources, en particulier de denrées alimentaires pourront durer plus longtemps qu’on le pense parfois, dans un monde de plus en plus contraint ceux-ci risquent de se rendre moins accessibles pour certains, d’être moins équitablement distribués. Des ruptures ponctuelles pourront même impacter les approvisionnements, pour cause de circulation de pathogène, de catastrophe naturelle, d’éventuel conflit. Il est désormais prioritaire de repenser le local au cœur de la mondialisation, de préparer son adaptabilité à un monde contraint. Je soutiens SOS Maires dans son engagement à constituer un réseau qui favorisera la résilience locale. »

Dr Patrice Guichard  (Expert en sécurité des SI, Expert en criminalistique près la cour d’appel de Paris, www.celteam.com )

En 2001, lorsque j’ai rédigé ma thèse, la cybercriminalité était qualifiée par beaucoup de DSI, comme un épiphénomène. Aujourd’hui aucun d’entre eux, n’oserait tenir de tel propos. Les cyberguerres, les prises d’otages de SI font partie de notre quotidien. Les entreprises ne sont pas à se demander si elles vont être victimes, mais quand elles vont l’être. La cyber est devenu un risque systémique au même titre que le système financier, l’eau, la nourriture, le réchauffement climatique, et autres énergies et ces différents risques, et beaucoup peuvent s’imbriquer et se répercuter sur les autres. Une attaque cyber de grande ampleur pourrait paralyser les chaines d’approvisionnement, un ransomware pourrait bloquer la production d’énergie et un manque d’énergie pourrait stopper vos datacenters qui pourraient à leur tour bloquer les chaines d’approvisionnements. Mais imaginons en plus que le réchauffement climatique s’en mêle, provoquant des stress hydriques, pas d’eau = – 76,6 % d’électricité en France. Alors, par quel vecteur le premier domino va tomber pour entraîner les autres et quand ?. Il faut donc dès à présent penser résilience, consommation locale, entraide au niveau des communes et c’est pour cela que je soutiens l’association SOS MAIRES

– Adrien Biassin, (diplômé de l’ENA, docteur en histoire contemporaine, ancien conseiller au Ministère de la Défense, spécialiste national des risques d’effondrement et de la résilience des territoires.)

Le cœur du réacteur pour conduire une transformation profonde des territoires dans la perspective d’une transition au regard de l’anthropocène est aujourd’hui complètement passé sous silence et n’est que très rarement abordé par les experts et les chercheurs. Contrairement aux énergies folles dépensées aujourd’hui par les acteurs engagés dans cette perspective, on pourrait la conduire avec une plus grande facilité et avec moins d’effort comme le montre l’histoire. Et pour cause : on ne peut ni le voir, ni le toucher, ni l’entendre, ni le sentir. C’est invisible. Il s’agit pourtant de la gouvernance. Elle permet de rendre le monde intelligible, de donner des outils d’analyse et d’interprétation qui permettent aux citoyens de se diriger, d’agir efficacement pour produire la cité en l’aidant à se représenter, de la mettre en permanence face à ses responsabilités, de lui permettre d’affronter lucidement les problèmes qu’elle doit résoudre. Or l’histoire nous montre que le meilleur moyen de créer les conditions nécessaires pour transformer les territoires de manière endogène est d’atteindre à la fois un haut degré de mobilisation des acteurs locaux, malgré la complexité des rapports de force et de pouvoir du moment, en même temps qu’un haut degré d’impact stratégique, homogène et univoque de la même vision d’avenir. Il existe des exemples historiques en France où ce dispositif efficace de gouvernance a transformé radicalement l’échelle locale face à des crises systémiques. Aujourd’hui, il convient de renouveler ce dispositif sur l’ensemble du territoire national avec un regard résilient pour faire face collectivement aux risques d’effondrement. L’histoire nous montre également que des aptitudes essentielles sont à la base de la production de cette gouvernance : calme, imagination, esprit d’équipe, enthousiasme, courage, et sens de l’humain. SOS Maires renouvelle, en quelque sorte, avec l’histoire en étant un exemple par l’accélération et la diffusion de ces qualités indissociables à tous changements.

 


Si vous voulez nous aider en rejoignant l’une de ces deux listes, merci de nous contacter sur sosmaires[at]gmail.com


 Droit d’accès et de rectification

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique & Libertés du 6 janvier 1978, les personnes disposent d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui les concernent. Pour faire valoir ce droit: sosmaires[at]gmail.com

Notre « code social  » (Charte) est icihttps://codesocial.org/sos-maires/

Une réflexion au sujet de « Qui sommes-nous ? »

Les commentaires sont fermés.