Pourquoi?

LES MAIRES SONT LES GARDIENS DES VALEURS TANGIBLES.

Quid d’un investissement dans la pierre ou la production agricole quand la zone se désertifie et se criminalise peu à peu? Quid d’un village dont les besoins en énergies, en eau, en alimentation, en communication, en assainissement seraient empêchés, même temporairement, par une crise que nous prédisent de nombreux scientifiques, économistes, financiers et politiques ?

Nous pensons que les Maires des communes rurales doivent prendre en compte la possibilité d’un bouleversement radical même passager et des conséquences qui en découleraient au niveau de la gestion de leur commune.
Au-delà de ce risque nul ne peut nier le besoin d’une transition vers des économies plus localisées, et donc de communes plus  autonomes..
Les bassins économiques créés par les Maires peuvent répondre à ces besoins de sécurisation  !

Vous êtes un Maire rural conscient de cette problématique, alors ce site vous est destiné et n’hésitez pas à prendre conseil pour autonomiser l’ensemble des services et équipements nécessaires au bon fonctionnement de votre commune ainsi que ceux qu’il vous sera nécessaire de mettre à disposition d’un nombre de citoyens supplémentaires le cas échéant.

En 2015, Pablo Servigne ingénieur agronome et docteur ès sciences publie, avec Raphaël Stevens, un livre très documenté « Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes ». Il a été reçu dernièrement au Ministère des Finances,  à Bercy, pour développer son point de vue.

Déjà, en 2002, Dennis Meadows (scientifique de l’université de New Hampshire) publie une mise à jour de l’ouvrage The Limits To Growth de 1972 dans lequel il montre son pessimisme pour les 50 années qui viennent, et sa prévision d’effondrement des sociétés industrielles (voir l’article sur wikipedia), que nous pouvons désormais, sauf miracle, estimer très proche.

Nous pensons, accompagnés de nombreux experts et économistes, que la planète est dans un tel état d’instabilité que le pire est possible à chaque instant. Toutefois, ce n’est pas la majorité de nos concitoyens qui a envie d’entendre ce genre d’analyses et l’inertie de la population  participe à ce sombre pronostic.

S’il existe des événements contre lesquels nous ne pouvons agir, nous considérons qu’il est de notre devoir d’attirer l’attention de tous sur les conséquences d’un effondrement qui pourrait  (au conditionnel, pas plus que quiconque nous ne connaissons l’avenir), amener à des situations de pénurie dans les villes et de débordement des services publics, induisant des violences parfois communautaires, et des situations d’exode peut être plus importantes que celles que nous avons connues dans le passé. En juin 1940, il y eut 10 millions de personnes errant sur les routes, mais 30% de la population française étaient agriculteurs et ont pu les aider.  Et aujourd’hui?

A notre sens, ces drames pourront, en partie, être évités. Évités à condition d’agir à la construction de systèmes (sociétaux et matériels) de protection de nos concitoyens dès aujourd’hui.

Nous avons considéré qu’il était de notre devoir d’apporter toute l’aide possible en  donnant aux Maires les informations leur permettant de mettre en oeuvre les éléments d’autonomie et de résilience nécessaires, en prenant à chaque fois que possible exemple sur les réalisations d’autres communes rurales sur les sujets suivants:

– Eau (captage, stockage, filtration)

– Alimentation (production locale, stock de semences, engrais, rations de survie, savoir faire, stockage des productions, distribution, mise en place de jardins maraîchers communaux)

– Production locales d’énergie électrique couvrant les besoins minimaux de la population locale (groupe électrogène de secours, stock de carburant + éolien,  photovoltaïque, et stockage des renouvelables) . Faudrait t-il en parallèle un « réseau de production et de distribution local » ?

– Chauffage (poêle à bois « basique », stocks et rotation des stocks / séchage)

– Sécurité (secours, santé, surveillance de voisinage, informations aux habitants)

– Communications :  échanges avec les communes voisines en cas de rupture des réseaux filaires et de destruction des relais téléphoniques,  voies d’accès à la commune, réception des informations nationales en conditions dégradées.

– Hébergement de citadins en errance : quelle capacité d’hébergement doit prévoir une commune, quels équipements ?

Ces suggestions peuvent, sur certains points, faire double emploi avec le Plan Communal de Sauvegarde ou plan de secours communal ; il sera dans ce cas inutile d’en tenir compte.

Vous vous demandez peut être aussi comment financer ces besoins nouveaux. Nous essayerons de vous guider.

Bien qu’étayée d’analyses fiables, cette  communication est anxiogène. Mais mise en œuvre, elle deviendra rassurante. Rassurante dans l’idée que ces kits d’autonomisation pourraient être destinés, avant la crise, à devenir des centres d’expérimentation d’une vie plus saine en zone rurale.

Ecoutez Dennis Meadows, scientifique et professeur émérite de l’Université du New Hampshire. Auteur, avec son équipe, du célèbre Rapport Meadows en 1972 réactualisé en 2002.


Nous sommes un Groupe de citoyens inquiets du collapse que nous sentons venir, chacun dans nos spécialités. Pour ne pas rester passifs nous avons formé ce Groupe de Conseil en Résilience [GCR], ouvert à toutes les bonnes volontés.
Nous avons considéré que ce sont les Maires Ruraux qui sont les plus aptes à amortir les événements à venir.
Notre Groupe n’a rien à vendre et nos conseils sont gratuits. S’il nous arrivait de promouvoir un quelconque matériel, sachez que nous ne sommes aucunement commissionnés.

 

6 réflexions au sujet de « Pourquoi? »

  1. Bon rappel qu est ce court interview de Meadows. On peut évoquer aussi Rob Hopkins et son interview récent à Voxpop sur ARTE et son réseau transition network. Voir les maires Jo Spiegel de Kingersheim et Jean-Claude Mensch de Ungersheim. SVP évitons de citer des politiques comme Attali, bec à tous grains, opportuniste qui surfe sur les analyses d autres bien plus éthiques et bienveillants que lui. Cochet est plus sympathique et honnête car reconnaît la complexité du système dans lequel lui même pataugeait mais restons lucides, lui comme la très grande majorité, Cohen Bendit et autres, certes brillants, quels risques ont ils pris ? Ont ils payé de leur personne, de leur compte en banque ? Non. Servigne, Hopkins et d autres n ont pas besoin de ces opportunistes pour affiner leurs analyses . Merci et bonne continuation, rv

    Aimé par 1 personne

  2. et oui … la tâche est ardue et le temps compté et, comme relevé dans le texte, la majorité de la population semble être dans un total déni …
    « Dieu, Merci » des centaines d’écolieux existent maintenant en France, mais sont souvent isolés et se « cachent » de peur des retours agressifs d’une société se croyant « bien pensante » et défendant les concepts de la « pensée unique » …
    Oeuvrons main dans la main ? Notre associations comptent plus de 15000 « membres » en phase de questionnement …
    Marie-Line DUPUY
    rfecovillages@gmail.com

    J'aime

    • Mme Dupuy,
      Notre rôle est celui d’appuyer des initiatives comme la votre. Nous ne saurions pas faire ce que font les acteurs de terrain que nous tentons de mettre en avant. Nos parcours sont essentiellement des parcours de terrain dans la sécurité et l’analyse économique mais aussi des solutions de lobbying citoyen proposées par Mathieu Coste et son équipe formidable. Les acteurs du bio, de l’énergie autonome la plus propre possible font leur oeuvre par conviction, de bonne foi, en tant que visionnaires, soucieux du sort de leurs prochains.
      Ce que nous voulons, c’est démontrer aux élus et à la société civile que ces acteurs sont les plus en phase avec la Loi. Ils créent la résilience, celle qui empêche la mise en danger de la vie d’autrui. Conscients ou non, ils fabriquent la sûreté alimentaire, énergétique, bref, en cas de crise majeure, ils seront ceux qui sauraient répondre… Je ne dis pas sauront répondre. Car à l’heure où j’écris ces mots, ces acteurs de notre sécurité (heureuse) nationale sont bien trop peu. Ils ne sont pas assez soutenus, et malheureusement si la crise tant annoncée venait maintenant, ils seraient submergés par la vague de violence de ceux perdus, ceux qui ne voulaient pas entendre, pas anticiper, pas comprendre. La faim rend irrationnel et violent, l’état de nécessité annihile la patience, la réflexion, la compréhension. Notre discours est quelque peu anxiogène et nous ne reviendrons pas sur nos mots. Il faut faire un vrai constat de terrain avant de créer une perspective. L’espoir ne sauve pas, savoir quoi faire si. Agir, encore plus!
      L’urgence est d’augmenter l’indice de résilience de notre beau pays. Merci donc Mme Dupuy pour ce que vous faites.
      Cordialement,
      Alexandre de Sosmaires.

      J'aime

      • Oupsss … désolée pour les fautes … je ne me suis pas assez relue 😉
        Merci pour les encouragements …
        Le Réseau Français des Ecovillages existe depuis 98 en France et accompagne les porteurs de projets. Votre intervention auprès des maires de France est importante, car justement, le barrage à l »expansion, en nombres d’habitants (pas en nombre d’écolieux) c’est souvent la fermeture des maires de villages qui ne comprennent pas l’urgence de changer de société et d’accueillir ceux qui ont déjà des projets bien pensés et qui tiennent la route.
        Oui, c’est important que des entreprises comme la vôtre tirent la sonnette d’alarme, quitte à en angoisser certains…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s