34 – Au Sénat

Merci Madame la Sénatrice Françoise Laborde

Question d’actualité du 16 mai 2019
Résilience alimentaire et sécurité nationale

« Ma question s’adresse à M. le Ministre de l’Intérieur,

Au fil des scandales sanitaires survenus ces dernières années, le sujet du « Bien manger » s’est imposé comme enjeu de santé publique. Cependant, un pan du sujet n’est jamais évoqué : celui de l’articulation entre ordre public et continuité d’activité alimentaire.

Par le passé, garantir les conditions d’un minimum de sécurité alimentaire était un pilier de la légitimité politique des élus. Le modèle agricole a longtemps reposé sur une conception du foncier nourricier s’appuyant sur un aménagement du territoire local multifonctionnel qui occupait une place stratégique.

Actuellement, production et consommation ne sont plus territorialisées et nos territoires, même ruraux, sont « alimentairement malades » car perfusés par le ballet des camions de la grande distribution.

A l’heure des cyberattaques, du dérèglement climatique, du délitement du lien social et du terrorisme, la production et l’approvisionnement alimentaires ne semblent pas assez analysés en termes de risque stratégique par les autorités.

Des signaux nous alertent : il suffit d’une annonce de blocage routier pour que les magasins soient vidés et deviennent, comme dernièrement en Outre Mer, les théâtres d’émeutes avant même toute pénurie.

Force est de constater un déficit en capacité de subvenir localement à l’un de nos besoins élémentaires, celui de se nourrir à un niveau suffisant en cas d’événement de force majeure, d’autant plus qu’il n’y a pas de plan de préparation des populations à ce sujet.

Garantir les conditions d’un niveau minimum de sécurité et d’approvisionnement alimentaire est un devoir pour les autorités qui devraient être en mesure de garantir l’existence d’une chaîne résiliente, allant du foncier agricole nourricier jusqu’au consommateur.

Tout cela doit nous conduire à nous interroger sur la souveraineté et la sécurité nationales articulées autour de nos biens communs. Depuis de nombreuses années, les pouvoirs publics ont perdu la main sur des infrastructures d’intérêt vital tels que les plateformes aéroportuaires, le foncier agricole ou la gestion de l’eau, dont il est essentiel de se préoccuper pour des raisons évidentes de sécurité nationale.

Pouvez-vous nous préciser, Monsieur le Ministre, si cette question fait l’objet d’une réflexion dans les Ministères ou au sein du Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale ?

Je vous remercie. »

La réponse de Monsieur Castaner ne nous satisfait pas vraiment… ce que nous avons pu faire pour Saint Martin avec la Guadeloupe proche, ne serait pas applicable si l’effondrement touchait toutes les régions.
La seule bonne solution à mettre en oeuvre serait d’imposer aux communes rurale d’avoir chacune son exploitation maraîchère , permettant une alimentation « de survie » de toute sa population proche en cas d’effondrement.

________________________________

Lire le livre de Stéphane Linou:
RÉSILIENCE ALIMENTAIRE ET SÉCURITÉ NATIONALE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.