59 – Lettre au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

La lettre ci-après a été transmise le lundi 27 avril 2020 au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, M. Didier Guillaume. De source sûre, le ministre en a pris connaissance . Cette lettre est téléchargeable ici : https://www.fichier-pdf.fr/2020/05/04/document-13/

 

Objet : ASSURER UNE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DES POPULATIONS – Urgence et long terme

 

Monsieur le Ministre, 

Une crise alimentaire sans précédent est imminente, car à la détérioration continue des écosystèmes et des sols s’ajoute des tensions pétrolières inédites et le blocage des circuits internationaux de transport, sur lesquels repose le système alimentaire mondial. Nous ne sommes pas mieux préparés à cette échéance qu’à l’actuelle crise sanitaire. De plus, ces épidémies et ces crises alimentaires seront rendues plus fréquentes par l’état écologique et économique du monde.

La France a la réputation d’être un pays producteur. Certes, en volumes ! Mais peut-elle pour autant nourrir elle-même sa population ? Non : notre système alimentaire dépend d’importations de soja américain et brésilien (faute de protéines végétales cultivées), de céréales (provenant de pays qui peuvent rapidement fermer leurs frontières à cause de la crise), de matières premières stratégiques (dont les énergies fossiles et les phosphates), et de fruits et légumes (des milliers de camions par jour). Aujourd’hui, seuls 2 % de notre surface agricole utile produisent des légumes, alors qu’il en faudrait 12 % !

En plus des aspects géopolitiques qui contraignent certaines de nos décisions politiques, notre capacité de production est rendue très vulnérable par la destruction des sols, des ressources en eau, des pollinisateurs, par la baisse du nombre d’agriculteurs, et par le dérèglement climatique.

Nous proposons donc d’ENGAGER D’URGENCE UNE GRANDE CONCERTATION CITOYENNE (dans un premier temps par échanges électroniques et visioconférences) dans chaque région et chaque bassin de vie, afin de densifier le maillage des territoires avec des productions diversifiées, de proximité et au service des populations. L’objectif est de rendre chaque territoire robuste, le plus autonome possible, en s’inspirant des meilleures solutions locales. 

Nous avons besoin : 

  • de sécuriser des milliers d’hectares des meilleures terres agricoles, en particulier les ceintures péri-urbaines, en les protégeant de l’artificialisation et de l’appétit des acquéreurs fonciers ;
  • de former rapidement des personnes motivées (agriculteurs et autres) aux techniques simples de culture et d’élevage qui permettent de régénérer les sols, économiser l’eau, réduire la mécanisation, et boucler les cycles du carbone, de l’azote et du phosphore. Les sciences ont montré que c’était possible et accessible ;
  • de développer une filière d’outils agricoles robustes et simples à fabriquer, pour autonomiser les fermes et les territoires ; 
  • de développer des circuits raccourcis qui alimentent les populations et les usines de transformation, si possible locales. Le commerce interrégional et international doit devenir la dernière option envisageable.
  • d’encourager un maximum de citoyens (en particuliers les précaires présents et à venir) à entretenir des jardins potagers individuels et collectifs, et à faire un minimum de stocks alimentaires (au moins 2 semaines).

Nous sommes conscients des enjeux géopolitiques et géoéconomiques, c’est pourquoi nous proposons comme première étape indispensable de ce plan d’urgence nationale la mise en place d’un inventaire des ressources et des besoins sur les territoires par des concertations régionales, en commençant par les communes avec la collaboration des Maires et des associations locales, en se posant les questions suivantes :  

  • Quels sont aujourd’hui les ressources comestibles disponibles localement pour chaque territoire ? (lieux de production, moyens de stockage et de distribution).
  • Quels sont les lieux de formation pour les futurs paysans ? (à moins d’une demi-heure de voiture)
  • Quelles sont les cultures et les surfaces allouées aux denrées de première nécessité ? 
  • Quelles sont les surfaces de milieux naturels et d’infrastructures écologiques à protéger (voir à agrandir) pour renforcer les populations et la diversité des pollinisateurs et des oiseaux prédateurs des ravageurs ?
  • Quels sont les moyens humains et matériels disponibles dans chaque commune ?
  • Quels systèmes de financement, détachés des aléas des marchés financiers, peuvent être utilisés ou mis en place pour construire cette résilience ?

Dans chaque municipalité ou intercommunalité, l’inventaire des territoires se ferait donc en concertation avec les citoyens. Nous n’avons pas le temps de nous passer de tous ces acteurs essentiels. Ce premier pas vers une cartographie des ressources serait l’étape nécessaire à la mise en place d’un réseau d’échanges et d’entraide au sein des populations.

Ce plan d’urgence ne dépendrait pas uniquement des citoyens. La construction de résilience et de sécurité alimentaire nécessite aussi une participation des services de l’Etat. La coordination des différents échelons territoriaux permettrait d’avoir un commandement opérationnel de la résilience alimentaire nationale toute en restant conscient des enjeux internationaux.

Nous suggérons donc la constitution de stocks stratégiques alimentaires à différents niveaux de territoire. Pour cela, il serait judicieux de coordonner les mairies avec deux organismes : les réserves communales de sécurité civile qui ont pour  objectif d’aider les équipes municipales en participant au soutien et à l’assistance des populations en cas de crise ; et avec l’OTIAD (Organisation Territoriale Interarmées de Défense) qui organise la coordination des moyens civils et militaires de défense du territoire. Tout ceci doit évidemment se faire pour l’instant sous autorité sanitaire afin d’éviter d’aggraver la pandémie de Coronavirus.

Ce plan d’urgence est compatible avec des plans nationaux à long terme, comme le scénario agricole AFTERRES 2050 (Solagro, Toulouse) qui montre comment transformer la production agricole française en quelques années dans le respect des divers équilibres, avec des objectifs exigeants ; mais aussi avec des expérimentations à grande échelle telles que « Territoires zéro chômeurs de longue durée », dont la pérennisation demande une décision législative en 2020. Nous avons tous les outils et les ressources pour ce niveau d’exigence et d’audace.

La sécurité alimentaire fait partie de la sécurité intérieure. Il est plus que jamais nécessaire et urgent de construire une résilience alimentaire nationale la plus territorialisée possible pour éviter des troubles majeurs à l’ordre public, à court et à moyen terme, et pour assurer un avenir… à long terme.

 

En vous remerciant pour votre attention, M. le Ministre, veuillez recevoir nos encouragements les plus sincères.

 

Alexandre Boisson – Co-fondateur de SosMaires.org et existenceb.fr

Stéphane LinouAncien conseiller général de l’Aude, auteur de Résilience alimentaire et sécurité nationale (2019)

Philippe Desbrosses, Agriculteur et docteur en sciences de l’environnement

Pablo Servigne – Ingénieur agronome, auteur de Nourrir l’Europe en temps de crise (2014).

Xavier Ricard LanataEthnologue, philosophe, haut-fonctionnaire

Christian Mouchet – Président du conseil de la Fondation Charles Léopold Mayer

Sophie SwatonPhilosophe et économiste, Université de Lausanne 

Dominique BourgPhilosophe, Université de Lausanne

Céline Basset – Fondatrice de Blue Soil Model, SosMaires.org

7 réflexions au sujet de « 59 – Lettre au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation »

  1. c’est exactement de dont nous avons besoin.
    la force collective doit être au service du Commun, doit organiser la mise en place et explorer le potentiel sociétal et économique de ce début de relocalisation de l’économie du quotidien.
    à faire connaitre rapidement
    en faire une pétition qui pourrait bien devenir un referendum tellement c’est intuitivement et logiquement évident que c’est ce dont nous avons collectivement besoin pour assurer notre quotidien ET pour respecter les mécanismes que la Vie a mis en place pour s’adapter aux réalités environnementales imposées par le soleil et la tectonique des plaques.

    J’aime

  2. Merci pour cette intention intelligente et juste !
    Partageant votre souci d’avenir à long terme, je me demandais pourquoi personne n’y avait pensé !

    Vous avez le pouvoir de résoudre la situation qui nous préoccupe.
    … Les Hommes et les Femmes aimant et respectant la Terre, courageux et de bonne volonté ne manquent pas.
    Ils ont les connaissances et savoirs-faire ( « pouvoirs magiques » ) déjà utilisés avec succès par le passé. Mettez les immédiatement à l’oeuvre !
    Grâce à la clarté de vos intentions, à votre optimisme, à nos prières, à la fermeté de vos décisions et à vos démarches, toutes les « guérisons » (améliorations) et « manifestations » (accords) que vous souhaitez se réaliseront.
    Décidez clairement de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas, car votre lucidité est primordiale.
    Observez l’alchimie des actions et des résultats obtenus.
    L’espoir fait vivre… Continuons de croire en un dénouement heureux !

    J’aime

  3. Belle initiative de mon point de vue. Après avoir diffusé à des amis qui ont une ferme tout bio tout local dans les Pyrénées, après des années de labeur pour réussir à transformer toute l’exploitation de manière cohérente, rentable et éthique, voilà le retour : 2 incohérences lui sautent aux yeux : quels sont les lieux de formation pour les futurs paysans ( à moins d une demi heure de voiture)? Réponse : pas de problème, la théorie dans les mairies, salle communale, etc , et la pratique sur des fermes qui accueillent les formations, les rencontres. tout cela est mise en place depuis x temps. 2ème question : quels systèmes de financement, détachés des aléas des marchés financiers, peuvent être utilisés ou mis en place pour construire cette résilience? Réponse : la PAC évidemment il fait modifier le système de répartition de la PAC qui est gravement débile. Voilà, on peut constater un certain… raz le bol de ceux qui bossent sur le terrain quand ils lisent ce que certains pensent à leurs place, eux qui sont dans le réel, pas la théorie. S’ajoute une problématique, leurs enfants sont sur les exploitations, ils ont un boulot monstre mais leur profession n’est pas considérée comme prioritaire… cqfd. De mon point de vue, le problème est toujours le même, on écoute pas les idées de ceux qui sont sur le terrain, on se limite aux spécialistes et aux hauteurs et quelques entités éparses. voilou, pour les lecteurs qui vont jusqu’au bout, je ne suis qu’un retranscripteur parce que ceux qui sont les mains dans la terre n’ont pas le temps de le faire.💙😉🌍

    J’aime

    1. Beau programme et nécessaire.. ..des initiatives individuelles et collectives sont déjà en marche mais doivent être développées comme vous le suggérez si bien.

      J’aime

Répondre à Jaime Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.