4 – Conserver le beurre

Je partage cette page de site : comment mettre du beurre en conserve ?
https://www.humanosphere.info/2015/07/trois-ans-de-conservation-du-beurre-oui-en-faisant-ceci/
A-J H.

Pour résumer:

En premier lieu, il vous faudra des bocaux en verre dont les couvercles se vissent.

En deuxième lieu, vous devez les stériliser (placez les pots dans de l’eau qui bout durant 10 minutes).

Et en troisième lieu, vous devez savoir que vous devrez recommencer l’opération de base deux fois afin de bien remplir vos bocaux jusqu’à ras bord.

DSC_7465_1

1. Découpez le beurre pour qu’il puisse entrer très facilement dans vos conserves.

DSC_7469_1

2. Incorporez les morceaux de beurre. S’ils dépassent un peu, ce n’est pas grave 🙂

DSC_7470_1

3. Mettez vos bocaux au four durant 15 à 20 minutes à 100 degrés. (Il s’agit ici de faire fondre le beurre afin de pouvoir en rajouter par la suite pour que le beurre fondu monte jusqu’en haut du pot)

DSC_7528

4. Une fois le beurre fondu dans les pots qui ont été au four…DSC_75355. … deuxième remplissage…

 

DSC_7481_1

6. Le beurre doit atteindre le dessus du pot, rajoutez autant de carrés de beurre qu’il le faudra…DSC_7483_1

7. Ensuite, nettoyez bien le bord de chaque pot… Pour qu’il se ferme bien.DSC_7485_1

8. Fermez les pots…

DSC_7543_1

DSC_7492_1

9. Eh hop! au four à 100 degrés mais cette fois durant 45 minutes.
DSC_7561_1

A la sortie, il ne restera plus qu’à étiqueter (c’est extrêmement important) et à ranger dans votre buffet à réserves 🙂

Ensuite? Il suffit de refermer le pot et de le placer au frigo. Le liquide restera crémeux (il ne se solidifiera plus)

PS : Si vous réalisez la recette avec du beurre ou de la margarine achetés, il se peut qu’il y ait du sel… Dès lors, lorsque vous ouvrirez un pot, il vaut mieux mélanger le liquide avant de le consommer (le sel peut s’agréger). Et si le sel est encore trop présent à votre goût, vous pouvez vous en servir pour la cuisine… car dans ce cas, vous ne sentirez plus rien (Merci à Meiyouhua)

—————–

 

3 – Thermosociété vacillante

Notre thermosociété ne tardera plus à vaciller.

Les personnes capables de traiter de l’eau et la rendre potable, les permaculteurs, les producteurs d’énergie partagée, ceux capables de s’organiser entre humains et de faire système en veillat les uns sur les autres sont, à mon sens, les vrais garants de la sécurité publique. Le pire serait d’attendre…

Il est difficile d’appréhender intellectuellement ce qu’on ne voit pas, ce désastre ecologique en cours, pour certains, c’est encore trop lointain. Les océans de plastique ne suffisent pas. L’hécatombe des abeilles n’a pas encore eu son effet sur leurs magasins. Le déni règne bien trop en maître pour une prise de conscience rapide.

Tant que c’est loin, l’esprit humain procastine les décisions. Décideurs compris. Se convaincre soi d’un constat anxiogène est déjà difficile alors persuader les autres qu’une réalité nous menace, c’est un véritable combat. Le malheur est que nous pouvons tous être victime de cette incapacité à prendre collectivement conscience avant… Le jour où, la panique s’empare des foules, et la sécurité est extrêmement difficile à gérer.

AGIR EST LA CLÉ.

Je vous conseille d’utiliser les chiffres des assurances lorsque vous allez voir vos maires. L’argent, bien plus que la conscience, parle à tout le monde. Emparez-vous des simulation faites par les assureurs. (Exemple SCOR 4ème réassureur mondial a fait une étude très poussée en 2014 sur les éruptions solaires touchant régulièrement la Terre et qui pourraient nous ramener au 18ème siècle)

Le but est de convaincre votre maire que votre projet de résilience locale est l’actuelle seule voie. Prenez les arguments de sécurité publique dont vous avez besoin sur le site SosMaires, elles sont à vous.
Vous êtes la solution, une petite voie certes, mais un acte concret.

Alexandre Boisson

http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/06/07/01008-20180607ARTFIG00285-un-rechauffement-de-4c-ferait-flamber-le-prix-des-assurances.php

2 – Groupe Facebook

Nous avons créé un « Groupe Facebook » intitulé  » Résilience via SOS MAIRES » et nous souhaitons votre participation

Nous voulons, dans ce groupe, proposer et débattre des différentes solutions PRATIQUES qui s’offrent aux Communes et aux Particuliers sur les préparations à la résilience, principalement rurale, en cas d’effondrement, sur les sujets suivants:
– Eau.- Alimentation – Energie – Chauffage – Santé – Communications – Transports – Sécurité – etc,

PISTES CONCRÈTES ET EXISTANTES

> eau: sources, rivières, puits, récupération pluie, filtration et traitement de l’eau, stockage
Traitement: filtration sérieuse + hypochlorite de calcium (granulés PCH sans anti algue) dans la citerne: 1 comprimé pour 1000 litres (soit 8 grammes pour une eau peu polluée à 20 g si elles est polluée d’une manière importante;)

> énergie électrique (production électrique locale => nous sommes totalement dépendants de l’électricité) : turbines au fil de l’eau ou dans les chutes canalisées, solaire photovoltaïque, éolien, biomasse, algues, groupe électrogène (implique stocks de carburant)
Reste le problème du stockage même sur courte période : seule solution actuelle semble t-il: les batteries

> alimentation, Jardins communs, conserves, déshydratés . Problème du “froid”

> santé: Voir aussi les trousses médicales et les stocks de médicaments “navigation hauturière”

> transports: Vélos électriques chargés par voltaïque? Chevaux et carrioles ? Stocks d’essence ou de diesel? Attention aux ampérages nécessaires dans le cas de recharge par voltaïque.

> Communications; Citizen Band pour les liens locaux et radio amateur pour les contacts extérieurs

> Chauffage: poêle à bois (indispensable) ou cuisinière à bois , stockage gaz, isolation, murs Trombe, eau chaude solaire. Isolation maximale d’une pièce “de survie” chauffée.

> Sécurité du territoire communal : Chasseurs sous les ordres d’un “référent” sécurité, police municipale si elle existe (les gendarmes seront sûrement appelés à d’autres mission dans les “zones chaudes” ou en protection des des points stratégiques)

> Monnaie : (mis à part le troc entre voisins) La seule monnaie qui sera acceptée dans les échanges restera la monnaie fiduciaire (billets de banques) pendant toute la période de troubles. Nous pouvons considérer que la tendance longue va vers une monnaie totalement électronique (tous les échanges taxés) , ce qui pose de très importants problèmes concernant la liberté individuelle (quid d’une décision judiciaire, administrative ou même bancaire supprimant le droit d’utilisation d’un moyen de paiement électronique?), et le “traçage”

> Hébergements d’urgence “Dortoir”, Tentes, Lits de camps, Couvertures de survie, Stocks nourriture, eau, chauffage, médicaments.

> Financements ; Impôts locaux, co-financement des administrés, emprunts, accord de distribution